HomeWhat's New?Photo-montagesText PageArya PageDisciples PageLinks

Sri Young 5 Kb JPG

Sri Aurobindo

Aperçus et Pensées

Aperçus : 2 - La Joie d'Être

Retour l'index

La Joie d'Être

Si Brahman n'était qu'une abstraction impersonnelle contredisant éternellement le fait apparent de notre existence concrète, l'annihilation serait la juste fin de l'affaire; mais l'amour, la joie et la conscience de soi ont aussi leur place.

L'univers n'est pas simplement une formule mathématique destinée à élaborer la relation de certaines abstractions mentales appelées nombres et principes, pour aboutir finalement à un zéro ou à une unité vide; ce n'est pas davantage une simple opération physique exprimant une certaine équation de forces. C'est la joie d'un Dieu amoureux de lui-même, le jeu d'un Enfant, l'inépuisable multiplication de soi d'un Poète enivré par l'extase de son propre pouvoir de création sans fin.

Nous pouvons parler du Suprême comme d'un mathématicien traduisant en nombres un calcul cosmique, ou comme d'un penseur qui résout par expérimentation un problème de relation de principes et d'équilibre de forces. Mais nous devrions aussi parler de Lui comme de l'amant, du musicien des harmonies particulières et universelles, comme de l'enfant, du poète. Il ne suffit pas de comprendre son aspect de pensée; il faut encore saisir entièrement son aspect de joie. Les idées, les forces, les existences, les principes sont des moules creux, à moins qu'ils ne soient remplis du souffle de la joie de Dieu.

Ces choses sont des images, mais tout est image. Les abstractions nous donnent la pure conception des vérités de Dieu; les images nous donnent leur réalité vivante.

Si l'Idée embrassant la Force engendra les mondes, la Joie d'Être engendra l'Idée. C'est parce que l'Infini conçut en lui-même une innombrable joie que les mondes et les univers prirent naissance.

La conscience d'être et la joie d'être sont les premiers parents. Elles sont aussi les ultimes transcendances. L'inconscience n'est qu'un intervalle d'évanouissement de la conscience ou son obscur sommeil; la douleur et l'extinction de soi ne sont que la joie d'être se fuyant elle-même afin de se retrouver ailleurs ou autrement.

La joie d'être n'est pas limitée dans le temps; elle est sans fin ni commencement. Dieu ne sort d'une forme que pour entrer dans une autre.

Après tout, qu'est Dieu ? Un éternel enfant jouant un jeu éternel dans un éternel jardin.

Sri Aurobindo
(1914 ou avant ?)

Traduction de La Mère.

dans le fascicule "Aperçus et Pensées" - 1956 - (pages 4-5)
publié par Sri Aurobindo Ashram - Pondichéry
diffusion par SABDA


aussi dans les pages préliminaires au recueil de Sri Aurobindo : "Pensées et Aphorismes - tome 1" (aphorismes commentés par la Mère)
chez Buchet-Chastel, Paris (1975) - (pages 5-6)

Retour l'index d'Aperçus et Pensées

EmailGif 1K

[ Sign my GuestBook ] gguestbook Gif [ Read my GuestBook ]
[ GuestBook by TheGuestBook.com ]


HomeWhat's New?Photo-montagesText PageArya PageDisciples PageLinks